Le guide Snapchat pour les parents

Snapchat est une application pour partager photos et vidéos. Elle est disponible sur les plateformes mobiles iOS et Android. Sa particularité réside dans le fait qu’il existe une limite de temps de visualisation du média envoyé aux destinataires. Récemment toutefois, une fonction sans limite de durée a été mise en place. Comment fonctionne-t-elle et comment protéger ses enfants des dérives de ce réseau social ?

L’histoire de Snapchat

L’application Snapchat est née en 2011, lancée en septembre sur l’App Store d’Apple avant d’arriver en novembre de l’année suivante sur Android. Ses créateurs sont trois étudiants de Stanford, Evan Spiegel, Bobby Murphy, et Reggie Brown, à qui l’on doit l’idée. Il s’agissait d’inventer une application permettant de diffuser des photos de manière éphémère, qui disparaitraient après avoir été ouvertes. Le premier nom était « Pictaboo », avant de prendre l’appellation qu’on connaît aujourd’hui, à l’automne suivant. C’est d’ailleurs après ce changement de nom que la popularité de l’application s’accroît de manière exponentielle. Au début de l’année 2013, plus de 60 millions de photos – des snaps – étaient chaque jour envoyés. Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook a alors offert 3 milliards de dollars pour l’acheter, mais Spiegel a décliné cette proposition. Il a également refusé d’autres propositions de rachat, nombreuses face au succès de l’application.

Le fonctionnement de Snapchat

 

Une application d’échange de photos et vidéos

Cette application permet d’envoyer des photos ou des vidéos qui se détruisent automatiquement au bout d’une seconde à un temps infini, le temps étant laissé au gré de l’expéditeur. Mais il est possible de demander de rejouer un snap, une seule fois cependant. Une nouvelle fonctionnalité a été par la suite ajoutée, la Story, ou histoire : les utilisateurs peuvent créer une succession de plusieurs photos ou vidéos, lesquelles peuvent être regardées autant de fois qu’on le souhaite, mais dans le laps de leur durée de vie, qui est de 24 heures.
Pour prendre un snap, c’est très simple : il suffit de se rendre sur le premier écran de l’application et d’appuyer brièvement sur le plus grand des cercles situés en bas de l’écran, au centre ; il est ensuite possible de le modifier.

Une application pour modifier les photos

Snapchat permet également de dessiner sur les photos grâce au pinceau situé en haut à droite, ou d’appliquer des filtres de couleur. L’application donne aussi la possibilité d’ajouter des données personnelles comme la date, l’heure ou encore la température. Du texte peut être inscrit sur l’image. Depuis 2015, les « Lenses » permettent aux utilisateurs d’ajouter des masques de réalité augmentée. Les stickers sont des autocollants qui peuvent être appliqués sur les photos ; certains de ceux-ci ne sont accessibles que dans certaines villes, ce sont les géostickers ou stickers géolocalisés.

Discover et Memories

Discover est une fonctionnalité de l’application qui permet aux marques partenaires de partager du nouveau contenu avec les usagers, chaque jour. Les marques sont choisies par Snapchat ; il s’agit par exemple de MTV, CNN ou National Geographic. Les chaînes sont alimentées avec du contenu exclusif, qui doit respecter les codes de l’application, notamment une tonalité ludique et une large place laissée aux images et animations. Les contenus sont eux aussi éphémères, s’effaçant au bout de 24 heures pour être remplacés par d’autres.
Memories est une fonctionnalité optionnelle, qui permet de sauvegarder les snaps et publications de la Story dans un espace de stockage privé, afin de les visionner à l’instar des autres images enregistrées dans le téléphone. Il est aussi possible de placer ce contenu dans l’espace « My Eyes Only » qui est verrouillé par un code PIN.

La vente de produits dérivés

Depuis peu, l’application a intégré un magasin, avec des produits emblématiques de la marque. Il suffit pour cela de prendre en photo le QR code proposé par l’application, pour accéder au Snap Store. Là encore, la continuité avec le principe fondateur du réseau est de mise, puisque sont mis en vente des produits qui disparaîtront au bout d’un moment, sans prévenir. Il y a par exemple des peluches et des vêtements avec des émojis dessus. L’opération n’est pour l’instant disponible qu’aux États-Unis, mais si le succès est au rendez-vous, elle pourrait bien arriver en Europe.

Snapchat et les jeunes

L’application Snapchat ne peut être utilisée par les jeunes qu’à partir de 13 ans. Mais il n’est pas rare que des enfants plus jeunes recourent à cet outil. Les enfants commencent en effet de plus en plus tôt à utiliser les smartphones, et Snapchat est tout à la fois parmi les applications les plus connues et les plus appréciées des jeunes. L’âge moyen des utilisateurs est en effet de 16,5 ans. Or, les jeunes sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes des réseaux sociaux. Il est donc important que les parents comprennent comment fonctionne ce réseau, et comment le surveiller pour protéger la sécurité en ligne de leurs enfants.

Les raisons du succès de Snapchat

Plus de 7 millions de snaps et d’histoires sont partagés quotidiennement. Les utilisateurs apprécient de suivre les comptes de leurs amis ou de leurs connaissances, de voir leur vie évoluer. L’un des facteurs du succès de cette application en particulier est le fait que les vidéos ont une durée de vie très réduite, de sorte qu’elles ne laissent pas de trace et ne pourront ultérieurement ni être critiquées, analysées ou rappelées à leur bon souvenir. L’application est également utilisée pour faire de rapides remarques, souvent taquines, qui peuvent être mal prises par leur destinataires, pour la même raison, celle de leur caractère éphémère. Elle est également facile à installer, à configurer et à utiliser. Elle permet en outre de choisir les personnes auxquelles les utilisateurs souhaitent envoyer leurs messages instantanés. Ils peuvent aussi voir, grâce à l’historique des messages instantanés, qui a vu leurs mises à jour.

Les risques de Snapchat

Mais ce caractère éphémère ne garantit pas la sécurité de l’application. N’importe qui peut rapidement faire une capture d’écran (un screenshot) ou une photo de celui-ci pour garder copie des messages et photos envoyés, alors que les expéditeurs pensaient qu’ils allaient s’effacer immédiatement. Or, ils profitent de ce prétendu caractère éphémère pour envoyer des images qui auraient dû rester secrètes, comme des photos coquines. En outre, très souvent, les adolescents se lancent des défis idiots mais dangereux pour attirer l’attention ou montrer qu’ils sont dans le coup. C’est le lieu idéal pour faire des bêtises de jeunes, qui peuvent néanmoins se révéler dangereuses dans la réalité. Une autre utilisation de ce réseau social concerne le harcèlement scolaire, car il est facile d’envoyer des messages menaçants et / ou insultants à un camarade de classe pris pour cible.

La confidentialité sur Snapchat

Qui peut voir les stories sur Snapchat ? Par défaut, seules les personnes ajoutées à sa propre liste d’amis peuvent les consulter. Mais ces paramètres de confidentialité peuvent être modifiés, dans les deux sens : dans le menu, il suffit de cliquer sur la petite roue dentée pour modifier ces paramètres ; il est alors possible de laisser tout le monde voir ses stories, ou d’en restreindre leur visibilité en bloquant des utilisateurs. Cela permet de conserver des amis sur le réseau social, mais de les empêcher de voir ses stories.
De même, seules les personnes qui sont dans sa propre liste d’amis peuvent envoyer des snaps à l’utilisateur. Si une personne l’ajoute et lui envoie un snap, il faudra l’accepter en tant qu’ami avant de visionner celui-ci. Une notification l’avertit de cet ajout.

Les dérives de Snapchat

De récentes études ont mis d’autres risques du réseau social en avant. Ainsi, d’après une enquête menée en 2017 par la Royal Society for Public Health (RSPH) auprès de 1479 utilisateurs de réseaux sociaux âgés de 14 à 24 ans, Snapchat serait, avec Instagram, l’une des pires applications en matière de bien-être et de santé mentale. Les raisons avancées sont le culte de l’image et l’impression de ne pas jouir d’une vie aussi riche et animée que celle de ses camarades. L’anxiété est également accrue par le fait de toujours se demander ce que les autres utilisateurs pensent de ses propres photos et autres publications. C’est ce qu’on appelle d’ailleurs la tyrannie du like. C’est aussi le reflet d’une société focalisée sur l’image de la perfection des corps mais aussi des vies, le tout pourtant modifié par de nombreux filtres. Alors que ce réseau social est montré comme permettant de relier les jeunes entre eux, il constituerait un risque non négligeable pour la santé mentale.

La surveillance de l’activité de ses enfants sur Snapchat

Les enfants sont capables d’utiliser n’importe quelle application, mais cela ne veut pas dire qu’ils ont la maturité nécessaire pour bien les utiliser. C’est pourquoi il est utile de surveiller l’activité des jeunes sur les smartphones. Snapchat peut aussi être utilisée comme un moyen de communiquer ou de partager des activités douteuses, comme des beuveries, informations dont il serait bon que les parents soient informés.

Les logiciels espions

Il existe sur internet de nombreux logiciels espions pour surveiller Snapchat sur l’appareil de son enfant. Ce sont des logiciels qui, une fois installés sur l’appareil cible, fournissent des rapports détaillés sur les personnes avec qui l’utilisateur discute, sur les sites visités, sur les applications utilisées, sur les fichiers multimédias conservés. Mais ces outils sont généralement hors de prix, et n’offrent pas toujours une bonne sécurité, de sorte qu’il est fortement déconseillé de les utiliser.

Dialoguer avec ses enfants

Pour protéger leurs enfants, il faut que les parents soient à même d’établir un climat de confiance avec eux, pour leur permettre de leur parler de ce qu’ils font sur smartphones et tablettes. Les parents ne doivent pas non plus hésiter à poser des questions sur leurs activités. Cela leur donnera l’occasion d’évoquer d’éventuelles mauvaises fréquentations ou situations de cyber-harcèlement. Il faut également parler avec eux du fait que les photos sont souvent retouchées, ce qui traduit beaucoup de fausseté dans les images publiées. Il faut leur apprendre à ne pas se fier à ce qu’ils voient sur le réseau social, lieu de mise en scène et aussi d’affabulation. Il faut enfin leur apprendre à ne pas perdre leur temps sur les réseaux sociaux, surtout au détriment des heures passées à travailler, à dormir et à interagir « in the real life » avec leurs famille et amis.